Je suis tombée sur ce texte par hasard en faisant des recherche...Et j'y reconnais au moins un de mes enfants....Et ça me donne beaucoup de piste...Damned, pourquoi n'y ai je pas pensé plus tôt !!

 

 

COMMENT APPREND UN ENFANT
« KINESTHESIQUE »
L’enfant avec une prédominance kinesthésique va privilégier un
mode certain d’apprentissage qui sera distinct de l’enfant
« auditif », « visuel ». Ces notions sont issues de la Gestion
Mentale.
Le mode d’apprentissage d’un enfant kinesthésique :
 Il a besoin de faire en même temps que
l’enseignant : il faut lui montrer en faisant avec lui
 Il se souvient de quelque chose en faisant appel aux
impressions vécues dans telle ou telle circonstance
 Les matières comme la chimie, le sport ou les arts
plastiques sont pour lui plus faciles
 En parlant et en comptant, il utilise ses mains, ses
doigts
 Il manque parfois de spontanéité
 Il utilise beaucoup son langage corporel et il aime
les contacts corporels
 Il est intuitif et capable d’enthousiasme
 Il parle lentement avec une voix plutôt grave
Pour faciliter son apprentissage, il a besoin :
 De pouvoir marcher de long en large ou bouger
d’une façon ou d’une autre
 De pouvoir expérimenter, essayer, bricoler, d’avoir
pour apprendre des images à colorier, à découper ou
à peindre
 De pouvoir satisfaire sa curiosité et toucher à tout.
Le type de compliment auquel il est sensible : une tape amicale
sur l’épaule, une poignée de main de félicitation.
Si vous regardez les championnats du monde d’athlétisme, vous
pouvez observer différentes méthodes de concentration des
participants. Les uns bougent le moins possible, rassemblant au
maximum leur énergie, leurs forces, leur concentration. Les
autres au contraire ont besoin de bouger, sauter comme des
« zébulons » pour se concentrer. Ce que l’on comprend pour
des sportifs de « haut niveau » peut-on le comprendre pour nos
enfants, nos élèves … kinesthésiques.
Les enfants kinesthésiques ont un besoin fondamental de
bouger. Ce sont les enfants qui sont toujours en train de
manipuler un objet, de « trifouiller » dans leur trousse ou leur
case, de bouger le pied ou la jambe.
Si on demande à l’enfant d’arrêter ce mouvement, on bloque du
même coup son fonctionnement intellectuel.
Ce que l’on peut négocier, c’est qu'il manipule un objet sans
faire de bruit (afin de ne pas gêner les enfants auditifs). L’idéal
est de mettre à disposition une petite boule de pâte à modeler,
souple, que l’enfant garde sur le bureau et qu'il manipule à sa
convenance.
Une enseignante de CM2 a mis en place cette technique l’an
dernier. L’ambiance de classe s’en est retrouvée modifiée en 15
jours. Les élèves eux-mêmes ont repéré ce changement et l’ont
apprécié.
En maternelle, les motricités générales et fines se pratiquent
tous les jours. Pourquoi ne pas continuer en primaire ?